Les semis de février et mars

C’est le 15 février que nous avons commencé les premiers semis de l’année 2019. Le châssis a eu l’honneur de recevoir les premières graines. Nous avons semé des légumes qui demandent entre 5 et 15°C de température pour une bonne éclosion. Nous avons considéré le châssis comme couche tiède.

Avant de parler des semis, voici quelques explications concernant cette couche tiède. Nous l’avons remplies de différents étages de crottins de cheval en alternance avec de la paille. Nous avons trouvé, à La Hulpe, un manège qui élève ses chevaux uniquement en bio. Pas de vermifuge chimique pour soigner les chevaux, uniquement des huiles essentielles en cas de maladie. Nous avons donc la garantie que ce fumier pourra être déversé dans notre potager, dans un an, pour le plus grand bonheur de nos plantes.

Nous avons donc placé des caissettes dans lesquelles nous avons posé des plaques de semis comme sur la photo ci-dessus. Ces plaques en plastique dur sont composées de 77 alvéoles percées d’un trou. Ce dernier permet de dépoter le terreau qui aura été bien humidifié et compressé avant les semis. Il sera ainsi plus aisé, lors du repiquage de sortir la motte contenant la jeune plantule et de la placer dans la terre du potager.

  Mais venons-en aux semis proprement dit

Le 15 février nous avons semé du céleri rave Monarch et en branche de la variété pipe creuses de Malines et Zwijndrecht, du brocoli vert Calabrais. Nous avons semé pas mal de laitues comme les Reines de mai, Navara, les pommées plein champ ou de printemps, les Craquerelles du midi, les mescluns. Nous avons aussi pensé aux épinards précoces.

La semaine suivante, nous avons semé des pois Serpette de Malines et des Merveilles de Kelvedon, des choux cabu rouge Amarant, des fèves express et hangdown ainsi que des carottes précoce Oxhella. Ces dernières se trouve au centre du premier bac vertical, en arrivant dans l’allée menant au potager.

Le 28 février, c’était au tour de quatre lignes d’aubergines « violette de Firenze », « Impériale beauté noire », « violette de Toulouse » et des « Rotonda bianca ». Quand je dis « nous », J’inclus les participants des ateliers de formation, des formations six jours ou des demi-journées. En clair, ce sont aussi eux, avec bienveillance, qui sèment dans notre potager tout en apprenant le maniement des graines. Ces semences ont été semées dans la serre, vu que les aubergines ont besoin de 24°C pour germer convenablement.

Le 8 mars, nous avons semé les concombres des variétés Jieyangdiagona, du Kénia, Sol Yoh Long, une seule variété de courge Luffa (Luffa aegyptiaca). Celle-ci est cuisinée jeune comme une courgette ou une aubergine. Tout son intérêt est qu’un fois à maturité, on la fait sécher pour l’utiliser alors comme éponge végétale.

Alors qu’il restait trois alvéoles de libre, j’ai placé des graines d’épinard malabar qui proviennent en droite ligne de Dakar. Elle m’avait été données par un ami de là-bas. La particularité de ce légume est qu’il grandi jusqu’à 5 mètres de long en faisant des fleurs magnifiques ! J’ai fait un essai en 2017, en pleine terre, dans notre potager pour grandir seulement… 80 cm, faute de n’avoir pas eu assez de chaleur. Cette année-ci je les repiquerai dans la serre bien au chaud. On verra ce qu’il donnera comme résultat.

Nous ne sommes encore qu’au début du mois de mars. Selon la ferme de Sainte-Marthe, on peut commander 453 types de semences pour le mois de mars et 594 en avril. Nous avons donc commencé le marathon des semis durant ces deux mois.

Géry de Broqueville

Notes : Adresse de quelques semenciers : Semailles, Cycle-en-terre (Belgique). Ferme de Sainte-Marthe, Potager de Vie, Biau germes, Germinance (France). Sativa Rheinau, (Suisse).

"Cultiver son lopin de terre, si petit soit-il, est un acte de résistance" Pierre Rabhi

Nous contacter

  • 0472/69.10.84 - Florian
  • info@pas-a-pas.be
  • 1560 - Hoeilaart - BELGIQUE

Notre newsletter

Notre mail permacole, restez au courant de nos évènements !
(max 1x/mois) - Vos données sont protégées