4, 5 et 6 mai 2020, néfastes ?

Outre le fait que nous soyons en première phase de déconfinement dans le cadre de la pandémie du Covid-19 dès ce lundi 4 mai, il y a trois bonnes raisons de ne pas se jeter sur ses semis ces trois jours prochains. Le hasard du calendrier est ainsi fait, le potagiste peut vaquer à plein d’autres occupations.

Cela faisait plusieurs jours que j’avais en ligne de mire ces trois moments où rien ne pourra se faire dans le potager. Le calendrier des semis biodynamique de Maria Thun (1), basé sur ses nombreux travaux, nous indique une conjonction d’éléments défavorables qui nous incite à ne pas se lancer, tête baissée, dans son espace nourricier.

En effet, alors que nous sommes dans un jour racine depuis, hier à 23h, le calendrier nous indique que nous pouvons planter mais aussi semer des légumes racines, comme les ail chinois, bardane japonaise, betterave, carotte, Céleri, navet, oignon, panais turga, poireau mélanges de Belgique, radis, rutabaga, Salicorne, et topinambour. Il y en a peut-être d’autres légumes-racine à semer que je ne possède pas !

Une conjonction néfaste ?

Ce lundi dès 14h nous entrons dans une phase d’éclipse ou d’occultation du soleil. L’éclipse du soleil est une occultation du soleil par la lune. Ainsi, sur la terre, nous ne pouvons plus voir le soleil. Ce moment est défavorable pour les plantes.

Le 5 mai, nous avons un nœud ascendant de la lune passant devant la planète Mercure. Deux fois par mois la trajectoire de la lune coupe le plan de l’écliptique qui est le plan dans lequel le Soleil effectue sa trajectoire. Vu de la terre, la Lune et le Soleil gravitent dans deux plans différents formant entre eux un angle de 5°8′. La lune traverse deux fois le plan solaire, tous les 27,2 jour, soit en montant, c’est le nœud ascendant dans lequel nous serons demain, soit en descendant, c’est le nœud descendant.

Maria Thun, lors de ses travaux, a constaté que c’est une période inhibitrice pour la croissance des plantes. C’est pour cette raison qu’il vaut mieux s’abstenir de travailler durant ces périodes. Le fait que la lune passe devant la planète Mercure est simplement un indicateur en sachant que cette planète représente l’élément Feu.

Nous arrivons au 6 mai, où nous avons ce jour-là un périgée lunaire jusque 17h. Dans sa course elliptique autour de la terre, le moment où la lune se trouve le plus proche de la terre est le périgée (365.500 km). Quand la lune en est la plus éloignée, on appelle cela l’apogée (406.700 km). Le passage de l’un à l’autre dure exactement 27 jours, 13 heures, 18 minutes et 33 secondes. Lors de ces deux passages extrêmes, la lune a des influences néfastes très fortes. Lors du périgée, la lune provoque l’étiolement des semis, les plantes sont fragilisées et risque la maladie (2). Dans l’apogée, la lune a des effets moins néfastes mais peut tout de même favoriser l’affaiblissement de la plante face à la maladie ou aux ravageurs. C’est pour cette raison que lorsque ces deux événements lunaires se déroulent, nous ne travaillons pas avec les plantes.

Ainsi donc, nous avons décidé de ranger les outils pendant ces 3 jours pour laisser les conjonctions se dérouler sans nous.

Géry de Broqueville

(1) Il est possible de commander le livre chez le Mouvement d’agriculture biodynamique (MABD), éditeur de cet opuscule annuel.

(2) Alors que ce calendrier est un véritable livre de chevet- je le consulte tous les matins- je me suis levé, probablement la tête dans les étoiles et j’ai semé un jour de périgée ! Mal m’en appris, seuls quelques semences ont germé dont notamment des pois de senteur. Ces derniers résistent-t-ils aux influences néfastes de cet événements ?

Pour partager cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
POUR CONTINUER VOTRE LECTURE

Drôle de météo en 2019

Comme vous le savez, Pas à Pas expérimente tant des techniques de cultures que des espèces ou variétés peu connues ou en

"Cultiver son lopin de terre, si petit soit-il, est un acte de résistance" Pierre Rabhi

Nous contacter

  • 0472/69.10.84 - Florian
  • info@pas-a-pas.be
  • 1560 - Hoeilaart - BELGIQUE

Notre newsletter

Notre mail permacole, restez au courant de nos évènements !
(max 1x/mois) - Vos données sont protégées