Le vendredi 05 avril, 1/2 journée pratique et à prix libre. Création d'un nouveau bac potager et d'un bac sur toiture. Toutes les infos ici !

Calendrier lunaire sous d’autres latitudes

Lors de ma visite à Sekem en décembre dernier, j’ai pu poser une question qui me trottait en tête depuis bien longtemps. Comment applique-t-on le calendrier lunaire de Maria Thun (1) lorsque l’on vit sous d’autres latitudes, comme en Égypte, au Sénégal ? Et comment fait-on quand on vit dans l’hémisphère sud, comme au Congo ou en Afrique du Sud ?

J’ai reçu quelques réponses en rencontrant une ingénieure agronome allemande spécialiste de la biodynamie qui réside dans la ferme. Celle-ci me signale qu’il faut compter sur le décalage horaire pour correspondre aux heures indiquées dans le calendrier lunaire de Maria Thun. Cette dernière indique les heures européennes. il suffit donc d’appliquer le changement d’heures selon son pays. Mais qu’en est-il par rapport à la longitude et la latitude ?

Ainsi entre Bruxelles et Le Caire, il y a une vingtaine de degrés tant en latitude qu’en longitude de différence. Cela correspond à une dizaine de jours environ. Les cornes de vaches remplient de bouse sont enfouies dans le sol en Belgique le 29 septembre, ce sera vers le 10 octobre en Égypte. La transformation de la bouse de vache s’effectue en hiver quand il fait plus froid. Or, Maria Thun a choisi le 29 septembre pour enfouir les cornes alors que le sol n’est pas encore froid. Il est important de laisser la température descendre doucement jusqu’au plus froid de l’hiver pour laisser remonter la température lentement jusqu’en juin. La lenteur de la diminution et de l’augmentation des températures ont leur rôle à jouer.

Qu’en est-il de la décomposition de la bouse de corne dans les pays tropicaux ? ne connaît pour ainsi dire pas de période froide dans le rythme de ses saisons ? Selon l’ingénieure allemande, il faut enfouir les cornes le plus tard possible dans les moments les plus frais et de préférence, en profondeur et sous un couvert épais pour protéger les cornes de la chaleur.

  Est-il possible d’inventer un sol froid ?

En allant plus loin, on pourrait alors prendre une masse relativement importante de terre et la déposer dans un frigo-bahut. Enfouir les cornes serait trop simple, car il faut la présence de toute la vie microbienne du sol pour décomposer la bouse.

Comment peut-on imaginer que les cornes restent en contact avec les énergies cosmos-telluriques (lune, étoiles…) à travers une paroi si bien isolée ? En dernier lieu, est-ce bien écologique d’utiliser un frigo refroidit avec de l’électricité, juste pour de la bouse de corne ?

Cela reste quand même peu évident de réaliser soi-même, au Sénégal par exemple, de la bouse de corne. Les agriculteurs des pays chauds peuvent appliquer le calendrier lunaire à leur réalité. Il faudra ne pas oublier que toutes les données proviennent d’expériences menées dans un climat froid et pluvieux.

  Et la lune ?

La Belgique à gauche et l’Afrique du Sud à droite

Quand on vit dans l’hémisphère sud, il faut inverser le calendrier puisque les hivers de là-bas correspondent aux étés d’ici. De plus quand la lune est croissante chez l’un, elle est décroissante chez l’autre. L’assemblage des deux calendriers pour les 12 premiers jours de chaque mois, pour la Belgique et l’Afrique du Sud montre bien le phénomène en question. Ces deux schémas permettent bien de comprendre l’inversion des lunes. Somme toute, c’est la même lune que l’on regarde simplement de l’autre coté. (voir le schéma ci-dessus) Juste un petit rappel pour nous, quand nous voyons que la lune fait un « C », c’est qu’elle est décroissante !

Si vous voulez adapter le calendrier lunaire à votre pays, il suffit d’aller sur ce site Internet Vercalendario. Il vous donnera les dates des nœuds lunaires, des apogées et périgées et toutes les informations désirées sur le sujet. Voilà donc un bel outil pour comprendre les influences de la lune sur son potager quand on on a bien sûr le calendrier de Maria et Mathias Thun en main.

Géry de Broqueville

(1) Quelques informations sur Maria Thun et son calendrier biodynamique sur le site Internet du Mouvement d’Agriculture Biodynamique.

"Cultiver son lopin de terre, si petit soit-il, est un acte de résistance" Pierre Rabhi

Nous contacter

  • 0472/69.10.84 - Florian
  • info@pas-a-pas.be
  • 1560 - Hoeilaart - BELGIQUE

Notre newsletter

Notre mail permacole, restez au courant de nos évènements !
(max 1x/mois) - Vos données sont protégées