La fougère aigle

Comme je fais des recherches sur les répulsifs concernant les limaces, je me suis intéressé à ce qui semble bien fonctionner dans notre jardin potager expérimental : utiliser les fougères « aigle » contre les limaces et autres escargots.

Et comme j’en ai à foison chez moi et qu’il n’y en a pas dans l’environnement immédiat du potager, Je me suis dit qu’enfin, ces fougères décriées par mes parents comme « fougères de remblais, intempestives et horribles à éradiquer« , allaient servir à quelque chose. Voilà ce que j’ai appris de cette plante que l’on devrait arrêter de décrier.

Wikipédia l’a décrit ainsi en introduction :  » La Fougère-Aigle ou Grande Fougère (Pteridium aquilinum) est une fougère de la famille des Dennstaedtiaceae. Elle est très commune, voire envahissante, et cosmopolite. On la retrouve jusqu’à 2 000 m d’altitude. Cette plante toxique a longtemps été utilisée à des fins alimentaires et médicinales et reste utilisée, notamment en horticulture. Elle est parfois appelée Fougère bizard, Fougère aquiline, Fougère commune, Fougère impériale, Porte-aigle, ou encore Aigle impérial.« 

Cette fougère est donc plus intéressante qu’il n’y apparaît au premier abord. Ce qui nous intéresse plus particulièrement, ce sont ses propriétés en termes d’horticulture. Là je reste sans voix. Cette fougère a au moins trois fonctions :

 Paillage antifongique.

 Purin de fougère insecticide.

 Engrais vert.

 Et j’en rajoute un quatrième, un anti ravageur.

1. Le paillage antifongique. En fin de saison, en automne plus particulièrement, quand les feuilles commencent à jaunir, on la récolte de préférence sèche ou jaunissante, à l’automne, sa vocation première sert alors de protection contre le gel de toutes les plantes sensibles comme la : mâche, la chicorée sauvage, l’artichaut, la roquette,… Au printemps, c’est dans les fraisiers qu’elle donne le meilleur grâce à son action antifongique contre la pourriture grise. Mais on peut également l’utiliser pour pailler toutes sortes de cultures dès lors que le sol s’est réchauffé, en guise d’assurances anti-sécheresse et anti-herbes indésirables.

2. Le purin de fougère aigle est un insecticide qui s’attaque aux pucerons « lanigère » (Eriosoma lanigerum) qui s’attaque au pommiers et l’orme champêtre. Certains jardinier pense qu’il est efficace contre le taupin de la pomme-de-terre. Le taupin est un coléoptère de couleur noir. Il est une manière de lutter aussi contre la cicadelle de la vigne (maladie de la flavescente dorée qui est en train de se développer en France). Pour produire le purin, il faut 100 grammes de jeunes feuilles de fougères (pas les tiges qui sont trop coriace) pour 10 litres d’eau. Il faut laisser le mélange en fermentation jusqu’au moment où il n’y a plus de mousse sur la surface du récipient. Selon l’usage que l’on en fait il faut diluer le liquide. 10 % pour fertiliser le sol des petits-fruits et des légumes, 20 % pour lutter contre les taupins, 5 % pour lutter contre les pucerons.

3. Engrais vert. Même si la fougère aigle pousse dans des sols acides, elle n’acidifie pas les sols si on devait l’implanter chez soi. Elle contient de la chaux, de l’azote, du phosphore, de la potasse. Dès qu’elle a fini sa fonction de protection ou de mulch, on peut l’incorporer au sol ce qui permettra de l’enrichir au niveau de ces nutriments en vue de développer les racines des plantes.

4. Anti-ravageurs et pas n’importe lesquels, les limaces et les escargots. Il suffit de prendre des fougères entières et de les étendre  sur 5 cm de hauteur autour des légumes sujets à attaques  des gastéropodes. Effet garanti car les spores de la fougère contiennent un aldéhyde apparenté au formol.  Les ravageurs fuient les endroits où ce trouve ce mulch au risque d’être empoisonné.

Attention : pour le jardinier qui coupe les fougères, il est fortement déconseillé de les couper entre juin et juillet. Les spores libèrent des poussières cancérigènes pour l’homme. S’il faut quand même récolter durant cette période, il faut être muni d’un bon masque anti-poussière.

Voilà donc une plante très intéressante pour le potager. Je vous conseille de bien repérer les endroits où vous le trouver, de demander la permission de le couper pour ne pas détruire la biodiversité du lieu où elle se trouve. Elle a des raisons d’être là puisqu’elle transforme un sol trop acide.

Géry de Broqueville

Nos derniers articles