SUIVEZ NOS AVENTURES

Le châtaignier

Temps de lecture : 7 minutes

Le châtaignier, né sous le signe de Mercure (1), est un arbre généreux nous dit Éliane Astier (2). Nous allons voir en quoi, il l’est. Dans notre potager expérimental Pas à Pas, nous n’en avons qu’un. Bien qu’il ne nous appartient pas (3), il est omniprésent dans notre potager. Sans lui, nous ne serions pas ce que nous sommes…

Le châtaignier vivant dans notre continent est endémique. Il est très ancien et l’on remonte au moins à 6 millions d’années de présence chez nous. On le retrouve aussi tout autour du bassin méditerranéen. Il est donc présent au Maroc. Il rentre dans la pharmacopée de beaucoup de pays. Notre châtaignier voisin est très étonnant. Il porte le nom de Castanea sativa et fait partie de la famille des Fagacées comme le hêtre et le chêne. Il peut atteindre les 30 m de haut et vivre plusieurs siècles entre 500 et 1000 ans ! (5) Jadis, il devait être un arbre parmi d’autres dans la forêt.

Il est probablement un rescapé de la forêt de Soignes toute proche. En effet, le châtaignier a deux types de ports selon l’endroit où il pousse. Soit il est court et trapu avec des branches qui s’étalent en longueur, soit il s’élancent vers le haut cherchant la lumière. C’est ce qui me fait dire qu’il faisait bien partie de la forêt. Sa taille, nous fait penser qu’il est très vieux. Il mériterait d’être classer comme patrimoine exceptionnel. La floraison du châtaignier est tardive ce qui est un avantage pour les abeilles et autres pollinisateurs. En effet, ses fleurs démarrent fin juin.

Le châtaignier est avant tout un arbre méridional. Il pousse aussi chez nous ce qui prouve qu’il a une très bonne capacité d’adaptation. Avec le réchauffement climatique, il est probable que le châtaignier étende son empire plus au Nord. Il est à l’abri des gelées tardives puisqu’il fleurit en dehors de ces périodes. Bien que rustique, il n’est pas capable de vivre à des températures inférieures à -20°C. Les pluies verglaçantes sont un danger pour l’arbre qui ne supporte pas un tel poids sur ses branches. Il déteste aussi la sécheresse. Il n’est pas rare de voir des branches tombées au sol sans le moindre souffle de vent.

Deux fruits qui se ressemblent

Le fruit du châtaignier est la châtaigne protégée par une bogue hérissée de piquants. La plupart du temps, notre châtaignier développe une châtaigne par bogue qui écrase les autres châtaignes. Ces dernières n’arriveront jamais à maturité.

Il ne faut pas confondre le châtaignier et le marronnier. Bien que l’on considère le châtaignier comme un arbre fruitier, son fruit est plutôt farineux et est consommé différemment. Quelle est la différence entre une crème de marrons et une purée de châtaignes ? Il n’y en a pas ! C’est kif-kif bourricot. On parle souvent de marrons pour les produits gastronomiques comme la dinde aux marrons ou les marrons glacés et on parlera de châtaignes grillées.

Certains fruits de marronniers ne sont pas comestibles. Il en va ainsi du marronnier d’Inde qui contient beaucoup de saponines. Pour ce dernier on peut en faire du savon ou en tirer de l’amidon.

Le châtaignier est un hôte de marque

Il accueille un nombre impressionnant de champignons (bolets, cèpes, girolles…) quand des branches s’écrasent sur le sol. Les branches et le tronc accueillent de nombreux insectes dont des coléoptères. Sans la présence de châtaigniers dans les forêts, un nombre incalculable d’insectes auraient disparu tant l’exploitation forestière est intense. Bien sûr, tout ces insectes ont leurs prédateurs comme les pics, les mésanges, les sittelles, les gobe-mouches, les grimpereaux… D’autres animaux comme les chauves-souris mais aussi les renards, les écureuils, les chevreuils sont les hôtes d’une manière ou d’une autre de notre bel arbre centenaire…

A quoi sert le châtaignier ?

Outre la gastronomie, et à l’instar du saule, le châtaignier est une plante aux mille usages. Son fruit permet aux estomacs allergiques au gluten de pouvoir se passer de la farine de froment. Actuellement, le châtaignier était utilisé comme poutre (4), meubles, planches, ustensiles de cuisine, vannerie et bien d’autres chose encore. Le châtaignier est donc un bois polyvalent, multifonctionnel et qui, parmi les feuillus, est celui qui a le plus large domaine d’utilisation. Notre ruche des Cévennes creusée dans le tronc d’un châtaignier en est le témoignage. De tous les bois, il est le plus durable, plus que le chêne !

Ruche-tronc des Cévennes surmontée de sa pierre de Lauze

Un aliment

Dans l’histoire européenne, il faut attendre le XVIIIe siècle pour voir apparaître des châtaigneraies où l’on cultive la châtaigne, en tant qu’aliment. C’est l’arrivée de la pomme de terre, au XIXe siècle, qui va sonner le glas de la châtaigne. Associée à la guerre, la disette ou la famine, le fruit perd ses lettres de noblesse. A l’heure actuelle, elle souffre encore de cette image alors qu’elle est très nourricière… sans gluten !

Si la France produit 10.000 tonnes de châtaignes par an, la Wallonie est fort en retard, alors que des spécimens remarquables de châtaigniers existent un peu partout. Le châtaignier fait donc partie des arbres que la Région wallonne veut planter dans son programme de 10 millions d’arbres plantés actuellement et/ou 4000 km de haies et d’arbres. La Région wallonne est donc très dépendante des pays étrangers dont la Chine. Il est temps de devenir indépendant aussi à ce niveau là. Il n’est pas du tout inintéressant de planter des châtaigniers en agroforesterie notamment d’autant que cet arbre augmente la biodiversité locale. (6)

La teinture du châtaignier

Les tanins du bois ont été utilisés par le passé pour le tannage des cuirs ainsi que pour la teinture. Outre le bois, on peut teindre des étoffes avec l’écorce, les feuilles et les bogues. Au printemps les feuilles fraîches donneront un beau beige alors que les feuilles d’automne donneront du brun foncé. En ajoutant de l’alun, la couleur devient marron. L’ajout de fer permet de teindre en gris ou en noir. Le cuivre et le chrome donnent du brun foncé. Les couleurs en provenance du châtaignier sont particulièrement résistantes au soleil et aux lavages.

Dans le potager

Les chatons sont utilisables comme couvre-sol contre la chaleur et particulièrement en temps de canicule. Il suffit de les recueillir dès qu’ils tombent et de les étaler au pied des légumes ou des fleurs. Dès que la canicule s’en va, il suffit de les placer dans le compost. Il se désagrègent en quelques semaines.

Les feuilles d’été ou d’automne peuvent servir de fourrage aux chèvres et aux moutons ainsi qu’au bétail comme les vaches. Quand on a un châtaignier taillé sous forme de trogne, il est possible de récupérer les branches d’un an pour fabriquer des plessis pour le jardin des Simples, sert aussi comme bois de chauffage, peut être utiliser en vannerie, comme piquet ou manche à outils…

Abeille et châtaignier font bon ménage

Les pattes de cette abeille servent de réceptacle au pollen

Bien sûr les abeilles pollinisent les fleurs et en échange l’arbre fournit le pollen, du nectar et parfois, même du miellat. Le pollen est l’unique source de protéine des abeilles. Comme le châtaignier fleurit tardivement, les abeilles récoltent le pollen sous forme de petites pelotes accrochées à leurs pattes pour nourrir le couvain. Le pollen est riche en minéraux avec environ 5% (aluminium, calcium, fer, magnésium, phosphore, potassium, sélénium, soufre et zinc). Il apporte aussi des vitamines A, B (en grosse quantité), C, D et E. Ce pollen est tellement riche qu’il nourrit non seulement les animaux mais aussi les humains. Les pollens sont des compléments alimentaires importants surtout celui issu du châtaignier. Le miel de châtaignier a des qualités cicatrisantes en cas de blessure.

Les principes actifs

Les principes actifs sont les acides phénoliques (galliques : castalgine), glucide dont 40% d’amidon, flavonoïdes (quercitrine), 2,5% de lipides, mucilages, pectines, 3% de protides, résines, sels minéraux, tanins, triterpène, vitamines. Chaque élément du châtaignier apporte des principes actifs différents. Par exemple, la châtaigne apporte les mêmes minéraux que le pollen en ajoutant tout de même du cuivre, iode, manganèse, sodium, sans compter les vitamines. La châtaigne n’est évidemment pas une céréale. Pourtant la farine de châtaigne est utilisée, à l’instar de l’épeautre, dans la fabrication du pain au vu de son absence total de gluten. La farine de châtaignier est donc indiquée pour les allergiques au gluten. (7)

Plante médicinale

La gemmothérapie (8) récolte le bourgeon, au printemps, quand il est encore fermés. Il est préparé sous forme de macérat pour en tirer des principes actifs qui relance les mouvements en cas de circulation lymphatique comme les jambes, les bras, les chevilles gonflées.

Anti-inflammatoire, sédatif, apaisant, les feuilles et l’écorce de l’arbre détendent les muscles, soulagent les maux de dos, articulations et rhumatismes. Elles ont aussi la propriété d’être antibactériennes. Le châtaignier est aussi utilisé en tant que Fleur de Bach (nommée Sweet Chestnut) et est conseillé pour se dépasser et aider à traverser les moments difficiles de la vie.

Des châtaigniers malades

Le châtaignier n’est pas exempt de maladies. Il est attaqué par un champignon dont le nom vulgaire est Encre portant le doux nom de Phytophthora cinnamoni. Ce champignon s’attaque au cambium (sous l’écorce) via les racines ou le collet de l’arbre. Le cambium finit par noircir entraînant la mort de l’arbre en entier. Cette maladie s’attaque aux jeunes plantules qui ont été repiquées dans des sols asphyxiés. Le champignon vit dans le sol et peut être transporté d’arbre en arbre par le mycélium. Cette maladie est en régression depuis 1950. En effet, les châtaigniers européens sont greffés sur des châtaigniers du Japon (Castanea Crenata) résistant à cette maladie.

Le chancre de l’écorce du châtaigniers est aussi une maladie qui entre dans l’écorce à cause d’une blessure. L’écorce se craquelle et une boursouflure entoure la blessure, jusqu’au point de sécher une branche et puis tout l’arbre. Le chancre a déjà détruit la presque totalité des châtaigneraies américaines et s’attaque depuis quelques années aux châtaigniers français.. Il existe des méthodes naturelles pour lutter contre le chancre. A l’instar des autres arbres fruitiers comme le pommier il est bon de racler avec un couteau le chancre pour dégager la plaie. Il serait intéressant de réaliser un cataplasme biodynamique avec de l’argile verte composé de bouse de vache, d’huile d’olive et de quelques gouttes d’huile essentielle de romarin.

Enfin le dernier prédateur est un insecte, le cynips (Dryocosmus kuriphilus). Il s’agit d’un insecte originaire de Chine et qui pond ses œufs dans la fleur de châtaignier. Cela provoque la formation de galles au printemps. Cela freine la croissance de l’arbre. Originaire de Chine, ce ravageur n’a pas de prédateur. La seule chose à faire est d’implanter le Torymus (Torymus sinensis negli). Cet hyménoptère (même famille que la guêpe ou l’abeille) pond ses œufs dans la larve de cynips. Il faut attendre quelques années pour que ce prédateur s’adapte à notre climat et permet alors cette lutte biologique qui repose sur la régulation des populations.

En conclusion

Le châtaignier est donc une plante magnifique qui a de beaux jours devant lui pour la richesse de son fruit. « Notre » châtaignier ne semble pas malade, bien qu’il pousse au milieu d’un réseau Curry (9). A l’instar des druides celtes, des temps anciens, nous le considérons comme le gardien des hommes et des animaux. Ces druides le considéraient comme un de leurs arbres sacrés. Sa puissance reste un allié de taille et bienveillant pour l’ensemble des légumes et des fruitiers qui poussent chez nous. Nous aurions pu le décrire en donnant encore plus de détails tant cet arbre est riche. N’hésitez donc pas à planter un châtaignier dans votre potager, il vous sera d’un grand secours.

Géry de Broqueville

  1. Wilhelm Pelikan, L’homme et les plantes médicinales, tome 3, Ed. Triades, page 192.
  2. Eliane Astier & Bernard Bertrand, Le châtaignier, un arbre généreux, ed Terran, 2017.
  3. Situé au Nord, il appartient aux voisins possédant des moutons.
  4. Le châtaignier des cent cavaliers sur les pentes de l’Etna a moins de 4000 ans. Il possède une circonférence de 57,9m.
  5. Le bois de châtaignier, par son odeur, écarte les insectes. Il est réputé pour son utilisation en charpente car les araignées n’y trouvent pas de quoi se rassasier.
  6. Le châtaignier est donc l’arbre idéal pour être utilisé dans la densification des arbres programmé par la Région wallonne comme décrit déjà dans un article précédent.
  7. Les pourcentages sont tirés du livre de Jamal Bellakhdar, la pharmacopée marocaine traditionnelle, médecine arabe ancienne et savoirs populaires, volume II, Ed. Le Fennec, page 668.
  8. La gemmothérapie est une pratique de soins naturels avec des bourgeons. Cette pratique a été inventée par le médecin belge Pol Henry (1918-1988). Chaque année, lors de nos Portes ouvertes, nous accueillons Brigitte Verlinden qui nous parle avec passion de son amour pour les bourgeons.
  9. C’est un participant, géobiologue, qui a déterminé ce réseau. Nous l’avons confirmé avec notre antenne de Lécher. Ce réseau donne un tronc qui, à partir d’une vingtaine de mètres, se sépare en deux. Un résineux subit le même sort, planté, il y a plus de 30 ans sur ce même réseau, mais avec une séparation en quatre troncs.
Notre châtaignier en avril…
SUIVEZ NOS AVENTURES
POUR CONTINUER VOTRE LECTURE
Trois types de limaces de nos potagers

La limace, une alliée ravageuse (I)

Temps de lecture : 6 minutes Avant de s’attaquer à la limace ravageuse de nos potagers, il faut bien la connaître. Ce mollusque est omniprésent dans nos jardins

Les extraits fermentés

Temps de lecture : 2 minutes Nous venons de terminer six articles consacrés aux extraits fermentés de diverses plantes pour apporter des engrais naturels au potager ou pour

L’Atlantic giant

Temps de lecture : 2 minutes Ce n’est pas le premier cucurbitacée que Pas à Pas sème dans son potager. Il faut reconnaître qu’il a étonné plus d’un

"Cultiver son lopin de terre, si petit soit-il, est un acte de résistance" Pierre Rabhi

Nous contacter
  • +32 472/69.10.84 - Florian

  • info@pas-a-pas.be
  • 1560 - Hoeilaart - BELGIQUE
Notre newsletter
Notre mail permacole trimestriel, restez au courant des nouvelles du potager !
Vos données sont protégées