SUIVEZ NOS AVENTURES

Le jardin de la poterie Hillen

Temps de lecture : 4 minutes

Cette année 2022, je suis parti à l’aventure une fois de plus en Haute-Pyrénées, au sud du Gers (1), non loin de Thermes-Magnoac. C’est un magnifique domaine de 6 hectares qui a accueilli mes pas et qui m’a donné envie de revenir souvent me reposer dans ce lieu de grande quiétude le long de la Gimone. Pour écrire cet article, je suis reparti sur leur site Internet. J’ai découvert avec stupeur que la sécheresse qui continue à sévir dans la région a eu raison des jardins. Le domaine est temporairement fermé ! (2)

Ce domaine est entièrement géré par un couple, Renate et Lutz Hillen. Il ne reçoit aucun subside. Il est classé comme « Jardin remarquable ». (3) mêlés avec des thèmes différents à chaque fois, de la décoration, des sculptures, des poteries… Comme son nom l’indique, ils réalisent aussi de la poterie de jardin comme pour la maison. Un très beau travail artistique, en vérité.

Une vingtaine de jardins

Mais revenons aux jardins. Ce sont une vingtaine de jardins qui peuplent le domaine. Il y celui du nord, du sud, exotique, de l’apothicaire, celui des saules, la prairie fleurie, les collections d’érable du Japon, de fargésia, la fontaine florentine, les bassins des grenouilles, contemporain, exotique. Il y a même un restaurant (4). Je suis resté des heures dans cet endroit empli de silence, de calme, de douceur.

Les jardins sont aussi un mélange de fleurs, d’arbres et d’espaces nourriciers. Au détour d’un bosquet, une forêt de haricots vous accueille. Un peu plus loin c’est une marée de courges qui gambadent dans les prés… Les fleurs sont comestibles et font certainement le délice du restaurant.

C’est aussi un potager

Lors de ma rencontre avec Lutz, nous avons beaucoup parlé de la question de l’autonomie alimentaire que tous devraient avoir les plus rapidement possible. Pour le moment le couple vit du produit de la terre revendu dans leur restaurant, mais aussi du produit des poteries et enfin des objets de déco qui viennent d’ailleurs.

Ils sont conscients qu’un jour ils n’y aura plus personne pour venir admirer leurs jardins ou manger à leur table. Chacun devra devenir résilient et apprendre à se nourrir seul. Lutz pense qu’en termes de nourriture végétale, ils sont presque en autonomie complète. Ils ont des poules et des poissons. Ils cherchent un équilibre dans leur domaine. Mais avec la chaleur et la sécheresse, leurs jardins pourront-ils continuer à produire ? Le fait qu’ils soient fermé temporairement pour cause de sécheresse est un mauvais signe, malgré la présence de la Gimone (4) qui lèche une petite partie de leur terre.

Géry de Broqueville

  1. Le premier jardin remarquable visité était la palmeraie du Sarthou dans le Gers.
  2. Les jardins de la poterie Hillen, 1675 route de Lalanne – 65230 Thermes-Magnoac (Hautes-Pyrénées) Site web
  3. Label octroyé par le Ministère de la culture et de la communication.
  4. Ce restaurant accueille les convives uniquement sur réservation à des dates aléatoires annoncées sur leur site Internet. Le restaurant porte le doux nom de « L’esprit d’Élisa ». La cuisine se définit ainsi : « cuisine fusion, engagée, savoureuse, raffinée et créative, produits provenant de notre jardin et de l’agriculture biologique, locavore en priorité – fait maison ». Tout ça ! J’y ferai un saut certainement l’année prochaine…
  5. La Gimone prend sa source sur le plateau de Lannemezan dans le village de Villemur à 12 km des jardins. Dans ce lieu, la Gimone est déjà un ruisseau impétueux.
SUIVEZ NOS AVENTURES
POUR CONTINUER VOTRE LECTURE

Restons patients avec les tomates

Temps de lecture : 2 minutes Comme nous l’avions déjà signalé dans un article précédent, les tomates régionales belges avaient connu leur disparition à la mi-septembre. Celles que

La montée en graine de la tomate

Temps de lecture : 2 minutes Ce jour, j’écris sur un sujet très peu abordé par les scientifiques, la montée en graine (1) de la tomate. Peu de

La prêle

Temps de lecture : 4 minutes La prêle ne sera pas cultivée au potager tant elle est invasive. La prêle doit être mise à distance de son terrain

"Cultiver son lopin de terre, si petit soit-il, est un acte de résistance" Pierre Rabhi

Nous contacter
  • +32 472/69.10.84 - Florian

  • info@pas-a-pas.be
  • 1560 - Hoeilaart - BELGIQUE
Notre newsletter
Notre mail permacole trimestriel, restez au courant des nouvelles du potager !
Vos données sont protégées