SUIVEZ NOS AVENTURES

Extrait fermenté de Luzerne

Temps de lecture : 4 minutes

L’extrait fermenté de la Luzerne est une découverte pour nous. Nous n’avons pas encore abordé cette plante dans nos cours. Voici une bonne description de la Luzerne et surtout des principes actifs qui permettent une régénération des sols.

La culture de la Luzerne

La Luzerne (Medicago sativa), parfois appelée « Grand trèfle » ou « foin de Bourgogne », est la reine des plantes fourragères. Elle fait partie de la grande famille des Fabaceae, sous-famille des Faboideae. Originaires des régions tempérées du Proche-Orient et de l’Asie centrale, ces plantes herbacées vivaces sont connues comme fourrage pour le bétail.

Composée de 15 à 20 % de protéines, de vitamines et de sels minéraux, elle est très productive et a une grande résistance à la sécheresse. Cultivée actuellement dans tous les pays tempérés de la planète, on la trouve comme plante fourragère, sous les palmiers des oasis dans la zone subsaharienne du Maroc (1). Elle nourrit le bétail, enrichit le sol, est une plante médicinale apportant notamment de la carotène. La luzerne cultivée est comestible pour l’être humain. Elle produit plus de protéine à l’hectare que les arachides ou le soja.

Le système racinaire de la luzerne est particulièrement développé tant en profondeur qu’en largeur. Cette particularité lui confère une excellente résistance à la sécheresse ainsi qu’une certaine capacité à décompacter les sols. Par contre, la luzerne a besoin d’un sol contenant calcium, magnésium, phosphates, potasse et soufre en bonne quantité.

Principes actifs

La Luzerne par la composition de ses principes actifs a un effet très différent de celui de chacune des autres plantes servant de base aux extraits fermentés. Azote, oligo-éléments, acides aminés, vitamines, minéraux. La luzerne fraîche contient 2% de sels minéraux (10 % avec la plante séchée). Ces sels sont essentiellement du calcium, fer, phosphore, potassium et nitrate. Elle est très riche en bore.

Elle a entre 22 et 27 % de protides dont une douzaine d’acides aminés. En outre, elle possède des isoflavones oestrogéniques, des coumestans, des acides citrique et malique et un peu de choline. Elle possède en outre de la bétaïne, de la saponine, beaucoup de chlorophylle, du carotène et des vitamines B1, B2, B6, D, K1.

Régénérateur de sol épuisé et biostimulant

L’extrait fermenté (l’E.F.) de Luzerne est une solution pour guérir les sols qui ont été appauvris. Tous les composés de la luzerne sont assimilés par les plantes et par le sol. Sa conductivité est très forte aussi (6<C<8 s/m) (2).

Un coup de booste du sol n’est pas plus mal dans ces cas-là. La luzerne a pour fonction de relancer la vie microbienne du sol. Il en de même pour les sols morts. En même temps, elle va accélérer la dépollution des sols de tous produits chimiques qui pourraient s’y trouver. (3)

L’efficacité de l’extrait fermenté de Luzerne est décuplée en association avec l’E.F. de consoude. Ce mélange constitue un apport massif de micro-organismes, de ferments et d’enzymes qui accélèrent la décomposition de la matière organique (couverts végétaux, pailles ou broyat), en humus et augmentent la conductivité du sol qui constitue une importante réserve nutritive pour les plantes. La luzerne est même capable de décomposer les trop grosses quantités de basalte ajoutées dans le sol. (4)

La Luzerne est un engrais vert couramment utilisé comme la vesce, le seigle, la phacélie, le trèfle. (5) Cette plante est aussi intéressante pour accélérer la germination.

Pulvérisations de Luzerne

A l’instar de tous les E.F. il faut cueillir la plante le matin et la mise en fermentation dès la fin de la cueillette dans de l’eau de pluie. (6)

Il est intéressant de pulvériser le sol dès septembre pour l’enrichir. C’est un coup de booste pour tous les micro-organismes se trouvant dans le sol. En mélangeant l’extrait fermenté de luzerne à celui de la consoude, vous allez décupler les effets de dégradation des résidus de cultures posés sur le sol, la désoxydation et la dépollution chimique des sols. A l’instar des autres extraits fermentés, il vaut mieux diluer à 10 % en pulvérisation sur sol. Il est possible d’ajouter 100 g de miel pour 1 ha. (7)

Il ne faut jamais pulvériser des extraits fermentés sur des plantes malades ou stressées. Cela aggraverait le mal. Respectez les dosages. N’imaginez pas qu’en pulvérisant avec excès le sol avec la luzerne cela pourrait arranger votre business. Que nenni ! Les plantes pourraient devenir encore plus attirantes vis-à-vis des maladies et des ravageurs. Si l’on peut mélanger la Luzerne et la Consoude, il vaut mieux ne jamais mélanger la luzerne avec la prêle ni avec des macération d’ail. Leurs principes actifs sont antagonistes.

L’E.F. de Luzerne est pulvérisé prioritairement pour le sol comme nous l’avons vu ci-dessus. Néanmoins, il est possible de réaliser une pulvérisation foliaire (dilution à 5%) en période de floraison pour les légumes fruits à grosse graine comme les courges, les haricots, les fèves ainsi qu’en arboriculture. L’apport de Bore va permettre une floraison plus importante et donc un meilleur rendement pour chaque plante. (8) Il est intéressant d’y faire un apport conjoint avec un E.F. d’ortie et de consoude.

En conclusion…

Une fois de plus, il n’est pas innocent de choisir certaines plantes en extrait fermenté. La Luzerne est ainsi une plante très intéressante puisque faisant un apport très complet tant au sol qu’à la plante même. Et n’imaginez pas qu’il faille pulvérisez sans arrêt pour obtenir une meilleure terre. Il faut laisser du temps au sol de réagir et d’incorporer les éléments apportés par l’E.F. Il faut donc un délai de trois semaines entre deux pulvérisations.

Et puis, comme vous le savez, nous n’hésitons pas à intégrer la biodynamie dans nos pratiques de terrain. Avant de d’effectuer la pulvérisation, le matin, de préférence, prenez le temps d’effectuer une dynamisation de l’E.F. durant une période allant de 20 minutes à une heure pour enrichir encore plus en information tellurique et cosmique les micro-organismes vivant dans le sol.

Géry de Broqueville

  1. Inexistante en Égypte, la luzerne est remplacée par le bersim appelé aussi le « trèfle d’Alexandrie ». Le bersim fait partie de la famille des fabaceae comme tous les trèfles. Il a les mêmes fonctions que la luzerne. Nourriture d’appoint comme aliment du bétail et de nitrificateur du sol après des cultures épuisantes. A contrario, une fois coupé et séché, le bersim perd de sa valeur nutritive. Au Sénégal, les semences de Medicago sativa sont utilisées sur des grandes surfaces de sol. Le problème est le besoin en eau qui assèche très rapidement les nappes phréatiques.
  2. Mesure obtenue par Eric Petiot pour la luzerne.
  3. Elle est capable d’accumuler dans ses tissus, à partir du sol, de grande quantité de nitrates. Cela peut être toxique pour le bétail quand elle est donnée en tant que fourrage.
  4. Le mode d’emploi est le même que pour la Bardane. Nous vous renvoyons donc vers cette explication.
  5. Si l’on a pas de luzerne dans son potager, il est possible de commander un extrait fermenté chez Kokopelli, par exemple.
  6. Pour les détails de la mise en fermentation, prenez le temps de lire notre livre « Pas à Pas vers une terre vivante« , dès la page 618.
  7. Lorsqu’il y a un apport de sucre, la plante réagit comme avec une attaque de ravageurs et se protège en compartimentant des endroits blessés, par exemple. Elle se défend mieux en fabricant des phénols à partir des sucres. Il ne faut pas exagérer la présence de sucre car la plante épuise un peu plus son carbone quand elle fabrique ces compartiments.
  8. Ne jamais pulvériser sur les plantules ou les bourgeons. Cela risquerait de les brûler.
SUIVEZ NOS AVENTURES
POUR CONTINUER VOTRE LECTURE

Tournesol tout en spirale

Temps de lecture : 4 minutes Pourquoi mettre une spirale au pied d’un tournesol ou d’une carotte ? Exercice grandeur nature d’électroculture et plus particulièrement de magnétoculture. Nous

Les maraîchers de Paris

Temps de lecture : 5 minutes L’expérience des maraîchers de Paris montre l’évolution de l’enrichissement du sol de manière naturelle, en milieu urbain. Il faut reconnaître que ces

Abeilles, fourmis et nœuds Hartmann

Temps de lecture : 3 minutes Voilà une trilogie que tout apiculteur devraient retenir pour comprendre comment fonctionne un essaim abeilles dans une ruche. A la ruche, il

"Cultiver son lopin de terre, si petit soit-il, est un acte de résistance" Pierre Rabhi

Nous contacter
  • +32 472/69.10.84 - Florian

  • info@pas-a-pas.be
  • 1560 - Hoeilaart - BELGIQUE
Notre newsletter
Notre mail permacole trimestriel, restez au courant des nouvelles du potager !
Vos données sont protégées