SUIVEZ NOS AVENTURES

Les Cucumis melo

Temps de lecture : 3 minutes

Puisque nous avons abordé les cucumis sativa en premier lieu, nous vous parlons de nos premières expériences avec les melons Cucumis melo dans notre potager. Nous avons appris en 2019 que la ferme bio du Val Notre Dame à Antheit s’était convertie, en partie, à la culture du melon en Belgique. L’agriculteur récolte environ 700 melons chaque année. Étonnant non ? Acheter nos melons de Cavaillon au marché du coin était une habitude à perdre.

Le melon fait donc partie de la grande famille des Cucurbitaceae et de la tribu des Melothrieae. Le genre Cucumis comprend 38 espèces. Au vu de la classification des melons en 10 catégories par Naudin en 1859, il est clair qu’il existe une multitude de melons. Charles Linné a déterminé en 1753 la sous-espèce des Cucurbita melo var. melo. En 1859, Charles Naudin (1818-1899), botaniste, décrit 10 sous-espèces nouvelles en complétant la structuration de Linné. (1)

Selon la « pharmacopée marocaine traditionnelle » (2), les graines de melon sont pilées dans de l’eau et un peu de fleur d’oranger pour confectionner une boisson rafraîchissante. De plus, ce fruit possèdent de multitudes propriétés médicinales utilisées au Moyen-âge.

Culture de la bestiole

L’expérience du cultivateur belge n’est réalisable que dans un tunnel de maraîcher. Il manque tout de même un peu de chaleur en Belgique pour cultiver le melon en extérieur. La chaleur, entre 25 et 35°C, et de la lumière sont indispensables pour germer. La température au cours de la journée doit donc se situer dans cette tranche et ne pas baisser en dessous de 15°C la nuit. La graine doit être placée la pointe vers le bas et recouverte de moins d’un cm de terreau. Il est important de garder humide le terreau en surface en arrosant au vaporisateur le sol. Lors du repiquage, choisissez l’endroit le plus ensoleillé du potager.

Il vaut mieux le semer au moins 8 semaines avant le repiquage, c’est-à-dire après le 15 mai. Bien qu’il soit recommandé de repiquer à 80 cm voire un mètre de distance entre deux melons, nous avons opté pour un repiquage serré pour que la couverture du sol soit optimal. Ainsi la plante assure d’elle-même la préservation de l’humidité du sol. Cela évite de mouiller les feuilles lors des arrosages. Ces dernières sont très sensibles à l’oïdium. Trop arrosé le melon diminue la qualité gustative de la bête. Vous ne cultivez pas une pastèque, que diable ! Quand les fruits apparaissent, il est bon de retirer les feuilles qui les couvrent pour que ceux-ci se gorgent de soleil. Un petit conseil pour augmenter la qualité du fruit, poser les melons sur une tuile ou un dallage pour que le protéger de l’humidité du sol. La pierre chauffée par le soleil va rétrocéder sa chaleur au melon.

Les melons testés au potager

Un de nos melons dans la serre

L’Ananas à Chair Verte est un melon de 10-15 cm de diamètre avec une chair verte pâle, assez ferme, juteuse et sucrée. Il est intéressant de la faire grimper sur un mur ou un treillis. Elle en sera d’autant plus prolifique. C’est une variété très ancienne qui portait le nom de « Jersey Lemon ». Cultivée en 1794 par Thomas Jefferson, elle fut commercialisée par la France en 1824.

Tout ce qui est cultivable au nord de la Loire est bon pour nous. Le melon Ancien Vieille France est adapté à nos climats. Cependant, il a donné de bons résultats dans notre potager, bien qu’un tantinet de chaleur supplémentaire, lui ferait du bien. La photos ci-dessus montre des melons vieille France. En fin de saison, ils étaient alignés ainsi, attendant avec impatience d’être récolté dans un de nos espaces de la forêt-jardin.

Le melon Extra Early Muscadé ou Nutmeg est une très ancienne variété qui provient des États-Unis. Elle date d’avant 1835. Elle est considérée comme une des 12 variétés les mieux adaptées pour le potager. Si le cœur du fruit est de couleur saumon, Les fruits d’un kilo ont la chair verte. La croissance de la plante dure environ 70 jours.

Le Petit Gris de Rennes est adapté à nos régions. Il aime bien un climat plus frais. C’est pour cette raison que nous le testons tant en serre qu’à l’extérieur. C’est un melon sucrin. Il fait partie du groupe Saccharinus de Naudin. A maturité le fruit fait 1 kg et la chair orangée est excellente. C’est une ancienne variété de France. Et franchement, c’est mon préféré !

Vraiment, la culture des Cucumis melo est assez difficile. Pour l’année 2021, nous pensons que ce sera assez difficile de les réussir. Attendons de meilleurs jours en mai pour les semer. Faites vos expériences car les conditions de votre potager sont peut-être meilleures que les nôtres.

Géry de Broqueville

(1) La liste complète se trouve aisément sur Internet. Le groupe des sucrins est le plus souvent représentés.

(2) « pharmacopée marocaine traditionnelle » livre écrit par Jamal Bellakhdar. La maison d’édition est Le Fennec. La deuxième édition répartie en deux tomes, recense 1118 plantes utilisées pour soigner les populations tant urbaines que rurales. Pour commander cliquez ici.

SUIVEZ NOS AVENTURES
POUR CONTINUER VOTRE LECTURE

Sekem, un esprit biodynamique

Temps de lecture : 3 minutes   En décembre 2018, étant en Égypte pour mon travail chez Asmae, j’ai eu l’occasion et la chance de visiter Sekem qui

Trois types de limaces de nos potagers

La limace, une alliée ravageuse (I)

Temps de lecture : 6 minutes Avant de s’attaquer à la limace ravageuse de nos potagers, il faut bien la connaître. Ce mollusque est omniprésent dans nos jardins

"Cultiver son lopin de terre, si petit soit-il, est un acte de résistance" Pierre Rabhi

Nous contacter
  • 0472/69.10.84 - Florian
  • info@pas-a-pas.be
  • 1560 - Hoeilaart - BELGIQUE
Notre newsletter
Notre mail permacole trimestriel, restez au courant des nouvelles du potager !
Vos données sont protégées