Le vendredi 10 mai, 1/2 journée pratique et à prix libre. Gestion du potager + bac sur toiture et/ou projet aquaponie. Toutes les infos ici !

Les fleurs de décembre

  Fin décembre, travaillais dans le potager. Un drôle de sentiment m’a envahi quand j’ai vu des fleurs poindre leur nez alors que nous sommes dans une période qui n’est peu propice à la floraison. A regarder de plus près, quelques plantes annuelles sont encore bien vivaces alors que les températures sont négatives. Est-ce cela aussi la conséquence du réchauffement climatique ?

Ainsi quelques plantes annuelles, comme la roquette avec ses fleurs blanches, ne donnent aucun signe de flétrissement dû à la fin de leur vie. La bourrache continue à pousser et l’on voit que les fleurs vont bientôt sortir. Un rosier sort une de ses fleurs maintenant. La phacélie est plus verte que jamais.

Le cyclamen

cyclamens poussant en décembre, automne sur un lit de feuilles
Les cyclamens pointent le bout de leur nez.

C’est bien le cyclamen qui a le droit de fleurir en hiver dans les périodes les plus froides. Cette plante est très résistante au gel vu sa grande rusticité. En général, les cyclamens fleurissent de novembre à mars mais le plus souvent c’est en décembre janvier que les plus rustiques colorisent un tant soit peu le potager. C’est donc un cyclamen violet qui enchante mes yeux durant cette période hivernale. Aussi petit soit-il, il faut penser à retirer la fleur fanée avec sa tige, ce qui entrainerait le pourrissement du bulbe. Il est très facile de récupérer les graines pour les ressemer ensuite dans du terreau.

La phacélie

La phacélie (Phacelia tanacetifolia), plante annuelle, n’est pas censée faire ses fleurs en décembre puisqu’elle fleurit de mai à septembre. Chez nous, les fleurs se sont fanées effectivement en septembre, les graines sont tombées sur le sol pour repousser ensuite assez rapidement. La seconde floraison s’est effectuée de début novembre à début décembre ce qui a permis à quelques abeilles de profiter de cet excellent nectar. Aujourd’hui, les fleurs se sont recroquevillées avec la pression du froid mais la plante reste bien présente puisqu’elle est gélive à -10°C. Elle continue donc sa mission de décompacter le sol avec ses puissantes racines.

La rose

belle et dernière rose en fleur en décembre poussant sur du gravier

Un rosier vient de nous faire une jolie fleur rose carmin, alors que sa période de floraison est le printemps et l’été !

Certes, elle est l’unique rosier du jardin qui a fait une fleur en décembre. Il n’empêche que cela reste étonnant de voir cet élément de couleur perdu au milieu de la grisaille de ce mois de décembre. Cette rose est bien de la famille des rosacées et n’a rien avoir avec ce que l’on appelle la « rose de Noël » (Helleborus niger) qui donne une fleur blanche. Celle-ci est une renonculacées qui a une taille maximum de 30 cm.

La roquette

gros plant de roquette annuelle encore avec ses feuilles en automne

La roquette commune (Eruca sativa) qui est encore bien vaillante a été repiquée à l’état de plantule début octobre. Il est donc normal qu’elle soit encore bien belle en décembre et que l’on puisse manger ses feuilles piquantes en cette période. Elle résiste bien au gel probablement protégée par un buis situé juste derrière elle. Elle vient de terminer sa floraison (fleurs blanches)(1). Dans le jardin des Simples qui lui fait face, la roquette vivace (Diplotaxis tenuifolia) avec ses fleurs jaunes s’endort doucement avant de réapparaître l’année prochaine.

La Bourrache

grande bourrache avec ses feuilles résistante à l'hiver

Méditerranéenne d’origine, la bourrache (Borago officinalis) fleurit de mai à août et se met à dépérir en septembre octobre. Or nous avons deux bourraches côte à côte pas loin d’un buis qui sont en train de pousser lentement.

Les fleurs apparaissent tout aussi doucement, probablement ralenties par le froid. Nous nous posons quand même quelques questions à son sujet. Cette bourrache a été repiquée en juillet mais a progressé difficilement au vu de l’état du sol très argileux et compact à cet endroit, comme tout se qui se trouve au sommet des deux murs situés de part et d’autre de l’escalier central.

Le lait de Sainte-Marie

chardon-marie ou lait de sainte marie en décembre avec une ardoise nominative

Plante médicinale portant différents noms comme le chardon Marie, chardon Notre-Dame, artichaut sauvage, Silybe de Marie, ce chardon de la famille des Astéracées ayant pour nom latin Silybum marianum, est une plante bisannuelle. Elle est semée normalement entre mars et mai et fait sa fleur qui ressemble à s’y méprendre à celle de l’artichaut de juin à août. Testant les questions de dormance de nos plantes, je me suis amusé à la semer en août. J’ai été surpris de la voir pousser relativement vite en étendant ses jolies feuilles vertes luisantes et ses dessins blancs le long du mur. Contrairement à d’autres essais en période normale, elle ne fait pas sa tige florale. La fera-t-elle en 2019 ? Affaire à suivre. Elle devrait résister au gel des mois de janvier/février.

L’artemisia annua

artemisia annual, plante du sud, paillée et résistante à l'automne

J’ai une affection particulière pour cette plante annuelle étant donné qu’elles nous ont été données par les jeunes de la ferme pédagogique de Ndoumboudj. Lors du festival Couleur Café à Bruxelles, j’ai rencontré une association qui faisait la promotion de cette plante en Belgique. Ils m’ont certifié que les deux plants, qui sont habitués aux chaleurs du Sénégal n’arriveront pas au bout de la saison et disparaîtrons bien avant l’automne. Je suis forcé de constater que les deux plants sont toujours vivants malgré les premières périodes de gel. Certes, je crois qu’elles ont un peu souffert mais je suis surpris de la résistance de ces deux plants. Lors des prochains gels, je vais les protéger un peu mieux surtout du vent. L’un des deux plants a même commencé à faire ses fleurs vers la mi-novembre !

En conclusion, à part pour le rosier et la bourrache, ce n’est pas si anormal de voir ces plantes fleurir si tardivement. Les choux, les cardons, les bettes continuent à pousser à l’air libre tandis que les salades, les navets, les radis s’épanouissent lentement, mais sûrement, dans les tunnels en double couche.

Géry de Broqueville

"Cultiver son lopin de terre, si petit soit-il, est un acte de résistance" Pierre Rabhi

Nous contacter

  • 0472/69.10.84 - Florian
  • info@pas-a-pas.be
  • 1560 - Hoeilaart - BELGIQUE

Notre newsletter

Notre mail permacole, restez au courant de nos évènements !
(max 1x/mois) - Vos données sont protégées